Nos Larmes Ont La Meme

Nos larmes ont la même couleur
by Bushra AWAD, Robi DAMELIN, Anne GUION

Deux mères, chacune orpheline d’un fils tué.
L’une est israélienne, l’autre est palestinienne…

Elles connaissent toutes deux la douleur fulgurante de la perte d’un enfant. Robi Damelin est israélienne. En 2002, son fils David, 28 ans, est abattu par un sniper alors qu’il effectue sa période de réserve (affectation suivant le service militaire, obligatoire pour tout Israélien actif) dans les territoires palestiniens. Mahmoud, Palestinien de 17 ans, fils de Bushra Awad, est, quant à lui, tué en 2008 par des soldats israéliens dans son village de Cisjordanie.

Ces deux femmes devraient se haïr. Pourtant, elles militent ensemble au sein du Cercle des parents-Forum des familles, une association qui rassemble des familles israéliennes et palestiniennes endeuillées par le conflit.

Si ceux qui ont payé le prix fort – la mort d’un être aimé – sont capables d’empathie et de dialogue avec les éplorés du camp adverse, sans chercher vengeance, alors tout semble encore possible…

Journaliste à l’hebdomadaire La Vie depuis une quinzaine d’années, Anne Guion travaille comme reporter à l’international. Elle y suit notamment l’actualité en Afrique et en Israël-Palestine où elle se rend régulièrement. C’est lors de l’un de ses reportages qu’elle a découvert l’association du Cercle des parents-Forum des familles.

Cet ouvrage fait partie de la collection “Pour un monde meilleur”, dirigée par Frédéric Koskas, qui vise à mettre en lumière des femmes et des hommes engagés dans la construction d’un monde plus égalitaire, plus solidaire, plus ouvert, plus écologique, et plus juste. 5% des bénéfices de la vente des ouvrages de cette collection seront reversés à des actions sociales et solidaires.


A l’ombre de nos larmes
by Eric Le Nabour

En Bretagne, à la fin du XIXe siècle. À quatre ans, Jeanne perd ses parents dans l’incendie de leur maison de l’île aux Moines et se réfugie dans le silence. Maltraitée par sa famille d’accueil, elle est sauvée par le docteur Mérieux qui réussit à la sortir de son mutisme et lui transmet sa vocation.
Le sort de l’orpheline suscite l’intérêt du directeur de presse d’un grand quotidien régional. Celui-ci a même confié à l’un de ses reporters, Simon Lacarrière, le soin de veiller discrètement sur elle… Fasciné par la jeune fille, le jeune homme mène sa propre enquête. Tous les indices concordent : la mort des parents de Jeanne n’avait rien d’accidentel…

Portrait bouleversant d’une femme forte et fragile, singulière, mystérieuse, entraînée dans une intrigue ténébreuse, ce nouveau roman d’Éric Le Nabour est aussi une évocation passionnante de la condition difficile des premières femmes médecins.


Et le Sirocco emportera nos larmes
by Daniel Saint-Hamont

Et si, après cinquante années d’absence, les personnages du Coup de Sirocco imaginés par Daniel Saint-Hamont, revenaient enfin en Algérie ? Les héros de son livre, publié et porté au cinéma en 1978, décident, dans ce nouveau roman, de redécouvrir ce pays qui n’est plus le leur. Adolescents pendant les “événements”, ces hommes et ces femmes désormais âgés partent en un groupe animé et bruyant revisiter leur jeunesse à Tadjira, Mascara, Oran et tant d’autres lieux abandonnés dans la grande panique de l’été 62. Un pèlerinage donc. Mais un pèlerinage drôle et poignant, où de vieux amis algériens et français, des copains d’école ou de lycée, se retrouvent et s’embrassent, loin de toutes considérations politiques.
Chrétiens ou Juifs, les pieds-noirs errent dans les rues de leur ville fantôme, poussent la porte de leurs appartements aujourd’hui occupés par des étrangers, ramassent dans un cimetière ravagé les ossements d’un parent, rient et pleurent. Mais ils rentreront apaisés en France.
Roman de paix et de réconciliation, ce livre évite tous les clichés du genre et l’on ne peut le lire sans sourire. Ni sans basculer dans une mélancolie à la fois puissante et joyeuse.

Prenez soin de votre âme
by Jean-Ghilhem Xerri

Mal-être, souffrances psychiques, sexualité en berne, dépendance aux écrans, rapport démesuré au travail, perte de sens, solitude… Ces manifestations pointent toutes vers la souffrance de notre âme. Or si les psychothérapies et la pharmacologie sont précieuses, elles ne permettent pas de la « guérir ». Et pour cause, tous ces troubles ont leur origine au plus profond de nous, au-delà de notre biologie et de notre mental. Ils renvoient à des tensions intérieures que les plus grandes traditions spirituelles de l’humanité ont identifiées, explorées et accompagnées. Leur soin relève non pas tant d’un traitement que d’une Sagesse de vie. Dès les premiers siècles du christianisme, les Pères du désert ont développé une véritable « pharmacie de l’âme » dont la vertu est de contribuer à la santé spirituelle. Leur médecine, considérée comme « l’art des arts et la science des sciences », est faite de sobriété, de pratiques méditatives et d’hospitalité. Elle apparaît d’une urgente actualité et d’une étonnante pertinence. Pour apprendre à mieux vivre, laissez-vous guider par ces thérapeutes, véritables médecins de l’intériorité. Alors, vous prendrez soin de votre âme et vous cultiverez votre écologie intérieure.