Mesrine La Derniere Cavale

Ma vie avec Mesrine
by Sylvia JEANJACQUOT, Maria POBLETE, Frédéric PLOQUIN

” Il y avait Jacques et il y avait Mesrine “, dit Sylvia Jeanjacquot. Avec ce livre, elle nous dévoile pour la première fois les deux visages d’un homme sur lequel on a tant brodé. Un témoignage inédit.

Sylvia Jeanjacquot a été la dernière compagne de Jacques Mesrine. Elle a vécu l’ultime cavale de celui qu’on appelait l’ennemi publique numéro un. Depuis le moment où il l’aborde dans le bar de Pigalle où elle travaille jusqu’à la fusillade fatale dont elle réchappe miraculeusement, elle a décidé de tout dire.
Trente ans plus tard, les souvenirs de cette femme sont intacts. Au-delà du mythe, au-delà du cinéma, on découvre dans ces pages un Mesrine inédit et intime, celui que Sylvia Jeanjacquot a aimé au point de s’embarquer à ses côtés dans une folle aventure, façon Bonnie and Clyde.


La face cachée des people
by Bernard Violet

Johnny Hallyday, Alain Delon, Gérard Depardieu, Jamel Debbouze… : quelques-uns des artistes les plus en vue de notre époque. Or, la légende qu’ils ont construite autour d’eux n’a qu’un lointain rapport avec la vérité. Rien d’illégitime, cependant, à leur fortune et à leur gloire. Mais tous ont côtoyé, à un moment de leur existence, des personnages troubles, comme si les feux de la rampe attiraient invariablement des figures plus coutumières de l’ombre.
Qui ? Des truands notoires : le clan Guérini, les parrains marseillais ; les frères Zemour, les caïds pieds-noirs de Montmartre… Des businessmen sulfureux : le golden boy algérien Rafik Khalifa dont l’argent ternira l’image de Depardieu ou de Catherine Deneuve ; André Boudou, le beau-père de Johnny, ami de truands corses, six fois condamné pour fraude fiscale ; le mystérieux Monsieur Alexandre, ancien braqueur, associé en affaires avec Anthony Delon, avant de devenir l’intermédiaire de négociations internationales comportant des enjeux vitaux pour la France. Monaco, PPDA, Botton et bien d’autres : ce sont les liens ambivalents entre truands, vedettes et politiques que Bernard Violet met au jour dans ce document choc.

Anthologie de la subversion carabinée
by Noël Godin

Les points d’orgue de la subversion bel et bien carabinée puisque nous avons affaire ici à la première association de gros calibre de textes résolument malfaiteurs : à travers toutes les formes rocambolesques de subversion : appel au meurtre, grève orgiaque, tour pendable, pétrolage gloupitant, pique-assiettisme sauvage, détournement pernicieux, cannibalisme justicier, sabotage polisson, attentat pâtissier, etc. à travers tous les genres littéraires: libelle, reportage, poème satirique, dessin pamphlétaire, tract, mots croisés, utopie, scénario, essai théorique, conte licencieux, comic strip, chanson pillarde, théâtre d’agit’prop, harangue, aphorisme, ghost story, lettre d’insultes, etc. à travers toutes les écoles du crime donquichottesque : des émeutiers galope-les-cotillons de l’Antiquité aux chaos-spontex de 68 et d’après, en passant par les iconoclastes du Moyen Âge, les ” emporte-pièce ” de 1789, les ” amazones-crapule ” de la Commune, les chevaliers de la dynamite de la Belle Époque, les magiciens lucifériens anarchisants, les pirates utopistes, les fuck-rebels yippies et le grain fin des ” boutefeu de sédition ” slaves, chinois, égyptiens, latino-américains ou belges… à travers tous les catalogues d’auteurs dépassant les bornes: d’Allais et Fourier à Stirner et Wilde, de Darien et Forton à Leroux et Swift, de poètes-assassins ayant prémédité de ” mettre le terme au maître ” (Baader, Péret, Bonnot, Solanas…) à des fauteurs de troubles plutôt inattendus: Balzac, Claudel, Mérimée, Tchouang-Tseu, Valéry, La Fouchardière, saint Épiphane…

Mesrine
by Jean-Pierre Lavoignat, Christophe d’ Yvoire

Le 2 novembre 1979, au volant de sa BMW porte de Clignancourt Jacques Mesrine est abattu par la police : dix-neuf balles dans le corps tirées à bout portant. La fin tragique de l’ennemi public n°1 est à l’image de ce qu’a été son parcours : violent, spectaculaire, controversé. Un destin de légende dont le cinéma a voulu aussitôt s’emparer et qui pourtant, depuis, n’a cessé de lui échapper. Jusqu’à aujourd’hui où grâce à l’ambition et l’obstination d’un jeune producteur, Thomas Langmann, que l’aventure aurait bien pu mettre KO., un film fleuve en deux volets. “l’Instinct de mort” et “L’Ennemi public n°l”, réalisés par Jean-François Richet et interprétés par Vincent Cassel, raconte cet itinéraire exceptionnel. Pendant plus de trente ans, l’adaptation de la vie de Mesrine à l’écran a été une incroyable épopée truffée d’embûches et de rebondissements. Après Belmondo qui, le premier, dès 1977, voulut incarner l’ennemi public n°1, des grands noms du cinéma se sont croisés ou succédé sur ce projet qui semblait maudit : Gérard Lebovici, mystérieusement assassiné, Michel Audiard, Patrick Modiano, Labro, Costa-Gavras, Boisset, Kassovitz, Delon, Depardieu, Barbet Schroeder… Trois décennies d’effervescence autour de ce gangster qui, fasciné par le cinéma, avait mis en scène sa vie et voulait se forger un destin de star. Rarement projet aura attiré autant la convoitise et les difficultés. C’est ce que raconte ce livre, véritable voyage dans les coulisses de trente ans de cinéma français. Fruit d’une longue enquête. où se succèdent les générations et les styles, les coups tordus et les coups d’éclat, il révèle des personnages singuliers et met à nu les ego, les enjeux et les passions d’une profession qui promet de faire rêver.

Mesrine
by Philippe Roizès

Braquages savamment médiatisés, évasions, multiples visages, cavales qui n’en finissent pas, menaces, enlèvements : la carrière de Jacques Mesrine est un véritable mythe dans l’univers du grand banditisme français. A partir de son autobiographie L’Instinct de mort et des versions désormais officielles de ses faits et gestes, cette enquête menée de front par Philippe Roizès, fondée sur près de 150 témoignages – amis de jeunesse, femmes, compagnons du service militaire, codétenus, complices, gardiens de prisons, policiers, avocats, victimes reconstitue les épisodes de la vie de l’ennemi public numéro 1. Plus de 200 photos, lettres ou documents – rares ou inédits – complètent cette investigation de deux ans et demi, la plus complète jamais réalisée, revisitant l’histoire d’un homme qui prit soin de faire de sa carrière de gangster une légende. Pour la première fois, lumière est faite sur son enfance et son adolescence, ses rapports avec son père, la vérité sur la guerre d’Algérie, son implication avec le Milieu des années 60, les raisons de son départ au Canada, son rapport aux médias, ses multiples détentions et évasions, ses projets ou sa mort… Des recherches minutieuses qui renforcent ou tordent le cou à de nombreuses rumeurs ou idées reçues, clarifiant les méfaits d’un personnage complexe dont la mort en plein Paris, le 2 novembre 1979, a parachevé le mythe.

Le Temps des médias
by Christian Delporte

Télécharger le formulaire d’abonnement ici.

Deux fois par an, Le Temps des médias témoigne de la vitalité de la recherche historique et éclaire les grands débats contemporains sur les médias. Ses colonnes sont ouvertes à tous ceux qui, historiens ou non, contribuent à une mise en perspective. Outil de diffusion des connaissances, notre revue est aussi un espace de réflexion méthodologique et épistémologique sur la pratique de l’histoire, et un lieu d’échange entre les disciplines. Chaque numéro est organisé autour d’un dossier, fondé sur une thématique, un objet, une grande question générale. Le premier d’entre eux, « Interdits. Tabous, transgressions, censure », indique une des démarches possibles. Les controverses actuelles, nourries par le rapport Kriegel et le supposé « retour à l’ordre moral », méritent, croyons-nous, la définition de quelques jalons historiques. Au dossier succède Territoires d’études, rubrique des recherches en cours qui, parfois, fait le point, en quelques articles, sur une question importante : c’est le cas ici, avec le thème « Ethique et journalisme ». Nous donnons aussi la parole aux acteurs, aux témoins, aux chercheurs, aux professionnels des médias qui, lors d’Entretiens, nous enrichissent par leur expérience. Qui, mieux que Michel Polac, familier des émissions suspendues, pouvait évoquer la censure à la télévision ? Enfin, Le Temps des médias s’applique à fournir au lecteur la plus dense information sur les parutions récentes, les recherches universitaires, l’actualité scientifique internationale, mais aussi d’utiles instruments d’étude (ressources en ligne, avec Medianet ; exposé bibliographique et historiographique, avec Le point sur…).


Cavales
by François BESSE

Les Mémoires d’un braqueur pas comme les autres. Célèbre compagnon d’évasion de Jacques Mesrine, François Besse se confie pour la première fois sur sa vie de cavales.
François Besse, dont le nom est resté associé à de grands épisodes du banditisme français, prend pour la première fois la plume pour raconter lui -même les événements qui ont marqué son existence. De Cognac à la prison d’arrêt de la Santé, de Bordeaux au palais de justice de Paris, il porte un regard aussi détaillé que distancié sur sa propre vie et sur les questions que chacun voudrait lui poser. Ses années de réflexions jalonnent son récit. Choisit-on d’être libre ? Un bandit comme Mesrine doit il être un héros ? Quelle valeur nos actes portent-ils ? La prison a-t-elle un sens ? Au bout du compte, sans jamais nier les murs franchis ni les armes tenues, apparaît le parcours d’un honnête homme.