Le Tortionnaire

Le Tortionnaire
by Vladimir Volkoff

Le lieutenant Robert Lavilhaud, jeune officier réserviste originaire d’Amiens, orphelin d’un père militaire de carrière mort en héros, est nommé en Algérie, où les circonstances le contraignent à pratiquer la torture, malgré ses convictions religieuses. Pris dans l’engrenage de la situation politique et militaire de l’Algérie dans ce tout début des années 60, les manipulations de ses supérieurs le conduisent à passer en jugement pour les actes commis et couverts. Son univers intérieur, ses rêves de gloire, sa foi et ses certitudes sont ébranlés. En prison, il redécouvrira l’amour.Dans ce roman, au style tendu et nerveux, Vladimir Volkoff aborde un thème de plus en plus fréquemment évoqué : la torture pratiquée en Algérie par des policiers, par certains militaires français et par le FLN ; ses aspects moraux dans toute leur complexité. Parce que Volkoff reste Volkoff, le lecteur trouvera également dans cet ouvrage nombre de manipulations et autres ” retournements ” dans l’art que l’auteur maîtrise magnifiquement. Enfin, Vladimir Volkoff nous fait parcourir une galerie de portraits, ses portraits, ceux de personnages d’une grande richesse humaine auxquels on s’attache dès les premières pages. Le Tortionnaire est l’ultime et magistral roman de Vladimir Volkoff

L’intervention armée peut-elle être juste?
by Jean-François Rioux

L’utilisation de la violence est-elle moralement justifiée en matière de relations internationales ? Telle est, au nom du droit d’ingérence humanitaire, la question que pose notre époque, à partir des multiples conflits qui font l’actualité. Les cas de la Yougoslavie, du Rwanda, du Kosovo, du Darfour, de l’Afghanistan et de l’Irak ont soulevé la possibilité d’utiliser une force militaire modérée pour protéger des populations en péril, restaurer la démocratie, éliminer des armes de destruction massive ou neutraliser des terroristes. Or, l’ampleur des débats sur ces problèmes démontre une grande diversité des attitudes politiques et morales en Occident sur l’usage de la force pour des objectifs à caractère humanitaire. Ce livre présente les contributions d’experts dans lesquelles se confrontent des arguments variés sur la justice, la légitimité, la légalité et la pertinence des interventions armées modernes.

De la violence II
by Françoise Héritier

Le sacrifice est-il un meurtre ? À quoi sert la douleur infligée ? Quelles sont les limites du pacifisme et de la non-violence ? Telles sont quelques-unes des questions que pose ce livre à travers des réflexions sur la torture politique, les mises à mort publiques, mais aussi le statut de l’animal, le sacrifice de soi ou des autres, la vendetta et le bouc émissaire, la haine en bande organisée. C’est la genèse de l’intolérance violente qu’il tente de décrire, pour servir de préalable à une éthique universelle. Françoise Héritier est professeur honoraire au Collège de France, où elle a dirigé le Laboratoire d’anthropologie sociale. Elle a publié Les Deux Filles et leur mère et Masculin/Féminin I et II. Avec les contributions de Jackie Assayag, Henri Atlan, Florence Burgat, Philippe Descola, Michael Houseman, David Le Breton, Pierre Pachet, Angela Procoli, Lucien Scubla, Jacques Semelin, Jean-Pierre Winter, Margarita Xanthakou.

Bourreaux et victimes
by Françoise Sironi

Pour lutter contre la torture, la dénonciation des violences infligées ne suffit pas. Il faut aider les survivants à retrouver une vie ” normale “. Cela suppose, comme le montre Françoise Sironi, de pénétrer dans le monde mental des tortionnaires. Comment influence-t-on quelqu’un au point de le pousser à avouer, à révéler des informations, à trahir ? La violence physique n’explique pas tout. Quels sont donc les mécanismes psychologiques mis en œuvre par les tortionnaires ? Surtout, comment fabrique-t-on des bourreaux, comment place-t-on certaines personnes en position d’exercer de telles pressions ? Françoise Sironi est maître de conférences en psychologie clinique et en psychopathologie à l’université Paris-VIII. Elle a co-fondé le Centre Primo-Levi, spécialisé dans le soin des victimes de torture et de violences collectives. Elle est directrice du Centre d’ethnopsychiatrie Georges- Devereux, à l’université Paris-VIII.

L’homme sans contrainte
by Stéphane Garnier

Peu importe le travail que l’on fait, si au fil du temps cette activité ne sert plus qu’à payer des factures ! Interpellant son lecteur à chaque chapitre sur sa manière de dépenser et de consommer, l’auteur décline les choix raisonnables qui s’offrent à qui veut augmenter son confort et son bien-être : investir dans l’immobilier, travailler avec son banquier, évaluer son patrimoine, investir dans l’entreprenariat… Issue d’une démarche personnelle dont le succès est aujourd’hui réel, l’auteur expose au grand public son choix de vie alternatif, où le travail cède sa place à des valeurs plus fondamentales, comme l’épanouissement personnel et la liberté, sans honte ou vaines promesses. Ingénieur du son de formation, Stéphane Garnier a travaillé dans des domaines variés, que ce soit la publicité, le bâtiment, ou la gestion-comptabilité. À présent, il est président d’un atelier de création de marques.