Le Dictionnaire Du Diable

Le Dictionnaire du Diable
by Ambroce Bierce

Un dictionnaire où la tendresse et le cynisme percutent parfois le lecteur en plein visage et qui reste aujourd’hui, très largement actuel dans ses définitions .


Antimanuel de littérature
by François Bégaudeau

Autant prévenir tout de suite le lecteur dont cet Antimanuel va absorber le week-end alors qu’il pourrait enquiller six saisons d’Ally McBeal en mangeant des pizzas, on ne va pas aller au plus simple. On va même tenter l’impossible : définir la littérature. Tâche que s’épargnent les manuels en vigueur, étonnamment. Le but n’est donc pas tant de corriger lesdits manuels, comme on corrige une copie ou un adolescent surpris devant un site porno, que de combler les trous. Dire ce qu’ils taisent par omission plus ou moins volontaire. Par là on ne pointe pas les coulisses de la littérature, l’inavouable arrière-boutique people de nos belles-lettres. Ce n’est pas l’envie qui manque mais, passé le récit des vacances de Musset sur un yacht prêté par Mauriac, ou les photos floues du voyage en Égypte de Perceval le Gallois avec Mme de Merteuil, on dispose de trop peu d’informations pour noircir trois cent douze pages.

Le dictionnaire du christianisme
by Martin R. Gabriel

Le dictionnaire du Christianisme s’évertue à recenser et définir tous les termes chrétiens de la langue française, avec leurs différents sens ou usages et ce, dans tous les domaines – critique biblique, histoire, théologie – et dans toutes les branches du christianisme – catholiques, orthodoxes, protestants, anglicans, évangéliques, pentecôtistes. C’est aussi un dictionnaire bilingue français-anglais et anglais-français de toute la terminologie chrétienne. Ce que nous propose Gabriel Martin R c’est un futur livre de référence. Un ouvrage à posséder si vous voulez découvrir quels adjectifs sont dérivés de mots bibliques, si vous voulez connaître leur origine. A posséder si vous voulez prendre conscience du véritable sens de l’amour, de la sagesse, de l’adoration. Etymologie, époque, contexte, synonymes, antonymes et corrélats, chaque entrée bénéficie d’un travail de recherche impressionnant qui vous permettra de remarquer l’importance parfois insoupçonnée de la religion chrétienne dans la langue française.

Le dictionnaire du conservatisme
by Frédéric Rouvillois, Olivier Dard, Christophe Boutin

D’Abstraction à Zouaves pontificaux, ce Dictionnaire du conservatisme évoque des hommes (De Gaulle ou Proudhon) comme des valeurs (Équilibre ou Honneur), des moments historiques (monarchie de Juillet ou Révolution) comme des institutions (Institut ou Sénat), des perspectives futures (développement durable ou transhumanisme) comme des mythes (Antigone ou Père). Juristes, historiens ou littéraires, ses auteurs dégagent ainsi une image du conservatisme : divers mais cohérent, à la fois éternel et actuel, pensée qui structure face au monde de l’éphémère et du relatif, opposant d’indispensables certitudes à la désagrégation moderne.

Le Prince de ce Monde
by Nahema-Nephthys,, Anubis,

Qui est vraiment le Diable ?

Le Diable connaît, à l’heure actuelle, un regain d’intérêt qui va de la fascination à l’inquiétude, de la curiosité à une certaine terreur. Car celui que le nouveau Testament nomme « Le Prince de ce Monde » semble être plus présent que jamais. Pour comprendre et appréhender ce phénomène, pour savoir vraiment ce qui est en cause et de quoi – ou de qui – l’on parle, un ouvrage sérieux manquait cruellement. Il fallait un livre parfaitement documenté, le plus complet possible, capable de déchiffrer et clarifier le discours démonologique.

À côté d’une analyse approfondie axée sur l’existence des démons, leur histoire et le danger à les invoquer, en passant par la signification des pactes, des envoûtements et des messes noires, cet ouvrage nous entraîne dans l’univers des entités démoniaques. Un dictionnaire exhaustif les répertorie toutes, décrivant leur apparence, leurs fonctions, leurs prescriptions magiques et les dangers inhérents à leur éventuelle activation. Pour cette deuxième édition, les auteurs ont considérablement enrichi le dictionnaire et posé un regard critique indispensable sur les dérives et aberrations idéologiques d’un satanisme étriqué dans ses finalités.

Outil indispensable pour les uns, lecture passionnante et pittoresque pour les autres, ce livre, écrit par deux grands érudits qui ont longtemps enseigné les multiples facettes de la magie ou de la sorcellerie, est indispensable pour tous ceux et celles qui s’intéressent, de près ou de loin, aux sciences occultes.

Un ouvrage complet et richement documenté pour vous plonger dans l’univers des entités démoniaques à travers les âges.

EXTRAIT

Le Monde est méchant. Point n’est besoin de philosophie ni de religion et encore moins de morale, pour constater ce fait. La Nature elle-même, tant admirée pour son équilibre, ne survit que par le cycle horrible de la naissance et de la mort. Mis à part les végétaux – et encore, certaines espèces sont carnivores ! – les animaux et les Hommes tuent sans vergogne pour se nourrir, détruisent la vie pour survivre. L’écosystème ne subsiste que par le crime, tout à coup légitimé par la Nature.

À PROPOS DES AUTEURS

Anubis (de son vrai nom Francis Desmedt) est né à Ixelles (Bruxelles) en 1946 et décédé en 2006. Ce fut, à la fois, un sorcier héréditaire et un sorcier par initiation. Dans la branche maternelle, sa trisaïeule était à la fois blanchisseuse et sorcière, son arrière-grand-mère magicienne “blanche” et sa grand-mère connaissait des tas de “remèdes de bonne femme”. Une autre ancêtre, appelée la “Glaude”, était réputée pour connaître les secrets des Meneurs de Loups et la magie des bergers.
Le Maître Anubis a suivi sa propre quête ésotérique. Initié à 18 ans au Satanisme par un adepte du pays de Liège (Belgique), il a ensuite suivi quelque temps l’enseignement des Rosicruciens, des Martinistes et des Compagnons d’Isis, puis il a été initié à la sorcellerie Wicca et à la Gnose.
Il s’est ensuite associé à Nahéma-Nephthys pour fonder l’Institut Abrasax (dissout en 2006) et former à son tour de nouveaux détenteurs des traditions sorcières et initiatiques. Son Coven (groupe) Wicca a été reconnu par la Wicca occidentale française et la Wicca germanique et il fut lui-même membre de la Satanic Church d’Anton Szandor La Vey (USA). Nahema-Nephtys (de son vrai nom Dominique Kindermans), est née à Uccle (Bruxelles) en 1950. Elle s’intéressa très tôt à l’ésotérisme et à la spiritualité.


Dictionnaire du Judaïsme
by Encyclopaedia Universalis

Le Dictionnaire du Judaïsme publié par Encyclopaedia Universalis a pour sujet une religion et une culture. Cette religion, cette culture ne parlent pas seulement à tout juif d’aujourd’hui, croyant ou non ; elles intéressent aussi, par l’épaisseur de leur histoire et par la force de leur message, l’humanité dans son ensemble. D’où la démarche, la plus objective et la plus large possible, adoptée dans ce livre. Il s’agit, avec les meilleures garanties scientifiques, de donner des repères, des références, donc d’exposer des faits, de retracer des événements, de décrire des figures. Mais il s’agit aussi et peut-être surtout, sans déroger pour autant à cette scientificité, de proposer des clés, d’inviter à la réflexion. D’Aaron à Zorobabel, le Dictionnaire du Judaïsme explore les textes (Talmud, Zohar, Torah…), les penseurs (Maimonide, Gershom Scholem…), les figures religieuses (Isaïe, Moïse, Salomon…), les fêtes et rites (Pessah, Purim…) qui forment le cœur du judaïsme. Près de quatre cents articles empruntés à l’Encyclopaedia Universalis le composent. Ils ont pour auteurs une centaine de spécialistes reconnus, parmi lesquels Roland Goetschel, Emmanuel Lévinas, Gérard Nahon, André Neher, André Paul, Charles Touati. Ce Dictionnaire du Judaïsme ne s’adresse pas d’abord aux adeptes d’une religion. Il vise un public beaucoup plus large que celui qui serait uniquement constitué par les juifs de religion ou de « sensibilité », et un certain nombre de ses auteurs ne sont pas juifs eux-mêmes. Le fait religieux y est objet de connaissance.

Dictionnaire amoureux du Diable
by Alain REY

Ce dictionnaire est le répertoire des ancêtres du diable : dieux mauvais, démons, esprits des morts, et de ses émanations, vampires, loups-garous. Il présente les penseurs, les écrivains, les peintres, les musiciens qui l’évoquent, les théologiens, les philosophes qui l’ont étudié.

Après plusieurs millénaires d’esprits malfaisants, de démons tourmenteurs, le christianisme a inventé le Diable, héritier du Serpent et des Satans de la Bible.
Le diable a droit à notre reconnaissance, car il prend à sa charge le Mal dans la vie et dans l’Histoire, qui est l’oeuvre de la diabolique espèce humaine.
Entre superstition, religion et réalité, il joue tous les rôles : bourreau, victime, fantasme, tentation, péché, plaisir, malheur. On le décrit, on l’évoque, on le représente, on le fait parler et chanter. Ecrivains, poètes, peintres, musiciens, si l’on doute de lui, le font exister. Avec Dieu pour complice, l’Enfer pour royaume, il se manifeste dans la vie, dans l’Histoire, dans la culture. Aujourd’hui, on le combat, on l’exorcise ou on le célèbre.