Cuisine Sans Frontie Res Russie

Mots sans frontières
by Sergio Corrêa da Costa

Alléluia, apparatchik, allegro ou à la folie ont un point commun : ces mots et expressions se retrouvent dans plusieurs langues, avec le même sens. Et ce ne sont pas des exemples isolés, loin de là. Ainsi Sergio Corrêa da Costa a réuni et commenté une collection de seize mille exemples d’usages de ce qu’il appelle les ” mots sans frontières “, c’est-à-dire ceux qui dépassent les frontières des pays où ils sont nés et deviennent porteurs d’une sorte de marque déposée de leur origine. Ces mots peuvent désigner des notions abstraites, des fonctions, aussi bien que des objets usuels ou des indications de la plus grande banalité. Ils essaiment un peu partout dans le monde et finissent par intégrer une sorte de ” vocabulaire sans frontières ” qui grandit sans arrêt et rapproche les cultures.

Frontiere blanche
by Matti Ronka

Ancien agent du KGB, Viktor Kärppä a quitté sa Russie natale pour la Finlande afin de fuir son passé. À Helsinki, où il a ouvert une agence de détective privé, il rend divers services à des trafiquants locaux, traversant souvent la frontière pour passer en douce des documents ou prendre livraison d’alcool ou de cigarettes.
Lorsque Aarne Larsson, marchand de livres anciens et nostalgique du nazisme, lui demande de retrouver sa femme Sirje, qui a mystérieusement disparu, Viktor pense qu’il s’agit là d’une simple affaire de routine… Or, bien vite, il découvre que Sirje est la soeur d’un baron de la drogue, l’Estonien Jaak Lillepuu.
Et l’enquête de Viktor semble soudain intéresser beaucoup de monde, trop à son goût : un inspecteur de la police d’Helsinki, à qui il donne parfois des tuyaux, ses anciens « camarades » du KGB et Jaak Lillepuu en personne. Un jour, ce dernier disparaisse à son tour… ”Matti Rönkä n’explique rien. Il raconte. Avec son style sec et nerveux, Matti Rönkä donne une nouvelle couleur, une nouvelle dimension au polar nordique.” Frankfurter Rundschau