Akira Kurosawa Dessins

Le cinéma d’Akira Kurosawa
by Alain Bonfand

Le cinema d’Akira Kurosawa: une oeuvre d’une rare violence, ne reculant pas devant la brutalite. Pour le comprendre, Alain Bonfand n’a pas hesite a transposer dans son ecriture ce que ce cinema comporte de folie. Le tissu meme de son livre communique au lecteur, en l’incarnant, la sauvagerie de la gestuelle et du montage de ce cineaste. Que l’on soit ou non connaisseur de Kurosawa, le texte de Bonfand degage une extraordinaire autorite. Le savoir n’est pas mis en avant pour lui-meme, quoique une evidente familiarite avec la culture japonaise entre ici pour beaucoup dans le sentiment de justesse des analyses. Mais l’essentiel est une etonnante lecture en profondeur, qui fait vivre tout autrement ce cinema qui n’a souvent ete apprecie que pour les plus mauvaises raisons. La construction du livre est limpide. Chaque partie gravite autour d’un centre: la figure, le motif, le phenomene, l’immontrable, la theorie des genres, la magnifique intuition, surtout, de ce qui aveugle . La guerre est associee au theme surprenant de la maladie de la terre ; le kamikaze ( vent divin ), a la tuberculose, si importante chez Kurosawa; l’aveuglement, a la mort et a l’impossible, bien sur, mais aussi a cent motifs particuliers. Cette pratique a la fois soutenue et legere de l’analyse, ces demonstrations economiques et concretes de ce que c’est qu’une mise en scene orientee par une puissance figurative liberee de la thematisation, proposent pour finir une these fondamentale: l’idee esthetique donne plus que le concept.

L’Express
by

Some issues include consecutively paged section called Madame express.

Livres de France
by

Includes, 1982-1995: Les Livres du mois, also published separately.